Carnets de L'Isle-aux-Grues


Sur la photo de gauche À droite: les éditeurs, Julie Stanton, Régis Mathieu.

Pour présenter le nouveau livre de Julie Stanton et Régis Mathieu, les insulaires ont fait coulé un peu de leurs mémoires à travers les lignes de ce volume inspiré d'une communauté riche en histoire. Tous réunis le 15 juin 2009 au Centre de la Volière pour l'occasion, les auteurs, les éditeurs et le maire Jacques André Roy, ont accueilli les invités dans une atmosphère cordiale.


Carnets de l'Isle-aux-Grues est le résultat de près d'une quarantaine d'entrevues menées auprès des gens de l'Isle-aux-Grues dont l'âge varie entre quinze et quatre-vingts ans. En les interrogeant sur leur mode de vie, leurs coutumes et leurs traditions et, pour certains, leurs souvenirs, les auteurs donnent à entendre la voix des gens de l'île à travers un album impressionniste illustré des oeuvres de ces derniers: peintures, sculptures, maquettes, bateaux miniatures, bricolages et, bien sûr, les renommés costumes de la Mi-Carême.

Julie Stanton est journaliste indépendante, poète et romancière. Née à Québec dont elle se réclame fièrement, elle a signé aux Heures bleues La Passante de Jérusalem, chant d'amour et de mort, Requiem pour rêves assassinés, Hommage à Pablo Neruda et Là-bas l'isle aux Grues, une poésie méditative inspirée par les paysages et l'histoire de l'île. Elle met ici à contribution ses talents d'écrivaine et de journaliste pour donner vie aux propos des insulaires qui lui ont généreusement donné carte blanche.

Régis Mathieu a été professeur de lettres et de cinéma pendant une trentaine d'années en plus de s'intéresser à la photographie. Ses intrigantes photos des rochers de l'Islet-aux-Gures ont illustré Requiem pour rêves assassinés, Hommage à Pablo Neruda. Dans Là-bas, l'isle aux Grues, c'est toute la luminosité des horizons qui accompagne la méditation de la poète. C'est donc avec un oeil averti, et une réelle affection pour les gens de l'île, qu'il a procédé à la recherche et à la cueillette des oeuvres qui illustrent ces Carnets.
 

 

Voici deux liens pour allez écouter les entrevus :

Source: Édith Rousseau